L'HISTOIRE DE L'ANCIEN TELEPHERIQUE
(II)


la piste de Bobsleigh
La piste de Bobsleigh vers 1925

Les premiers Jeux Olympiques d'hiver en 1924 allaient accélérer la réalisation du chantier. La forêt des Pélerins, traversée par le premier tronçon, fut choisie pour l'aménagement de la piste de compétition de Bobsleigh, sport plus en vogue que le ski alpin à cette époque.

La Gare intermédiaire de la Para (1685m) avait été construite et ouverte à temps (elle est toujours présente dans la forêt) et la première liaison depuis les Pélerins eut lieu lors des Jeux. Cependant les tréfileries de l'époque ne pouvaient fabriquer un câble de 1800m de portée d'un seul tenant : c'est pourquoi un ingénieux système fait d'un double pylône relié par un rail de 15 mètres permit d'utiliser des câbles plus courts. Ce pylône de ce type fut emporté par une avalanche le 17 mai 1983 ; ce pylône était appelé" l'arrêt des bobeurs" car la piste de compétition débutait à cet endroit.

En août 1927, le second tronçon reliant la Para à la Gare des Glaciers (2414m d'altitude) fut ouvert aux touristes et le téléphérique, bien qu'encore au pied de l'Aiguille du Midi elle même, reçut le titre de plus haute remontée mécanique du monde…Ce succès lui fut ravi peu après par le téléphérique de Chamonix-Planpraz-Brévent, situé sur l'autre rive de l'Arve dans le massif des Aiguilles rouges.

Planpraz-Brévent aux Glaciers
Débuts de Planpraz-Brévent
Arrivée aux Glaciers

En mai 1933,
de sérieuses difficultés financières entraînèrent la faillite de la Société ; matériels et installations furent mis en vente aux enchères publiques. Cependant l'Aiguille du Midi restait vierge de toute construction humaine et semblait toujours inaccessible à une remontée mécanique utilisant la technologie de cette époque.

C'est en 1936 qu'un ancien commandant d'artillerie, Henri Durteste, se porta acquéreur de la ligne en s'associant à Léon Estivant, à un ingénieur des Ponts et Chaussées nommé Baticle ainsi qu'à l’entrepreneur Louis Billard et l’ancien pilote de chasse, Henri de Peufeilhoux.

La nouvelle société prit le nom de Compagnie française des Funiculaires de Montagne. Les choses semblèrent s'améliorer en raison d'une politique commerciale plus efficace avec, par exemple, la création d'une piste de ski tracée de la Para aux Pèlerins.

Notons qu' Henri de Peufeilhoux, qui prendra plus tard la direction de l’exploitation, connaîtra durant la guerre une fin tragique. Suite à une panne électrique soudaine, la benne de service du troisième tronçon s’arrêta brusquement et il se trouva éjecté du plateau dans le vide. Il trouva la mort dans cette chute vertigineuse.

En 1937 le bilan d'exploitation de la Société était enfin positif : des navettes d'autocars menaient les touristes à la gare de départ directement depuis Chamonix ; une station du train reliant Chamonix au Fayet avait été ouverte à proche distance du départ du téléphérique. Cette station portait le nom de "station Aiguille du Midi" (elle fut rebaptisée plus tard "Les Pélerins") et une route directe menait les voyageurs de cette gare jusqu'à celle du téléphérique. Toutefois le sommet de l'Aiguille n'avait toujours pas été atteint par le chantier de construction ; il fut décidé alors de modifier la destination finale et de gagner seulement le Col du Midi (3600m), proche du sommet. Les travaux de ce troisième tronçon débutèrent avec l'aide de l'Etat, du Département et de la Municipalité de Chamonix.

les trains de l'Aiguille
L'ancienne gare ferroviaire de l'Aiguille du Midi
aujourd'hui Station des Pèlerins

Depuis la pose de la première pierre et la signature de la première convention vingt-sept années s'étaient écoulées, mais le Col du Midi, objectif acceptable sur le plan touristique, permettrait d'accéder au domaine skiable la Vallée Blanche et raccourcirait l'itinéraire de montée vers le Mont-Blanc suivi par les alpinistes.C'est alors que la guerre survint de nouveau en 1939.


une des dernières rames Z600 ... ... stationne en Gare des Pélerins


Une Z600 arrive en gare des Pélerins

 Z800 du nouveau matériel ferroviaire
Les Z800 remplacent l'ancien matériel




haut de la page


Lire la page précédente

LIRE LA SUITE


sommaire

N'hésitez pas à nous écrire

courrier at aiguilledumidi.net